philosophie de co-création


 

À la fin du dernier siècle, je pratiquais une philosophie de préservation créative afin de faire sens avec ce qui n’en fait plus et sauvegarder utopiquement l'état brut des choses urbaines abandonnées, là où la nature reprend ses droits.

.

Depuis le début du nouveau millénaire, je fréquente de près les diverses cultures autochtones qui pratiquent naturellement une philosophie d'héritage ancestral en respectant le présent comme le passé des futures générations.

.

Le présent étant aussi le future de notre passé, aux lumières du constat de notre héritage dénaturée avec le vivant et des alarmes grandissantes que nous recevons, l'évidence semble d'adopter une philosophie reconnectée à notre nature universelle.

.

C'est dans la perspective de cette philosophie co-créative que:

.

Je pratique une pensée phénoménologique ergonomique qui propose de situer l’être dans l’expérience du moment présent.  ”Je suis ici en lien avec le vivant environnant et j’en perçois subtilement la présence, ce qui favorise mon attitude d'ouverture et de respect.“ 

là où sujet et objet ne sont pas séparés

.

.

J'adopte une pensée animiste cosmologique quantique qui stimule la mise en oeuvre d’une légende identitaire autonomisant l’être créateur au monde. Appuyée sur des pratiques ancestrales prêtant une âme à tout, basée sur une croyance en une filiation à la source et ancrée dans un sentiment d'intrication universelle, elle favorise une attitude de célébration et d'élévation.

là où tout est esprit, tout est unit

.

.

J'applique une pensée écologique pédagogique qui encourage l’être à se connecter spontanément à sa nature propre pour réapprendre la valeur de ses gestes. ” Ainsi je reconnais les valeurs vivantes avec lesquelles j'interagis dans l’univers qui me contient, ce qui favorise mon attitude de partage et de création.“

 là où notre nature fait école

.